GÉRER LES DISTRACTIONS

Les distractions sont inhérentes à la pratique de la méditation.

L'idée n'est pas de les éliminer car c'est impossible, mais de les repérer, les prendre pour ce qu'elles sont et de revenir au support.

C'est dans les va-et-vient entre le support et les distractions que l'Attention va se révéler.

Maintenez aussi longtemps que possible le focus sur l'un des supports proposés à la page traitant de la concentration et prenez en conscience lorsque vous vous en éloignez.

A l'instant précis où vous éclairez la distraction, évaluer le temps approximativement qu'il vous a fallu pour en prendre conscience ainsi que son intensité et ramenez l'Attention sur le support choisi.

Rassurez-vous cela se produit très fréquemment au début, puis tend à se stabiliser. Certaine méditation seront plus "agitées que d'autres selon les préoccupations du moment. C'est tout à fait normal.

DOULEURS ET AUTRES GENES
Inévitablement après quelques minutes de pratique des engourdissements, douleurs, picotements, fourmillements et autres envies de se gratter vont se faire jour. Profitez-en pour les utiliser comme support le temps de leur passage dans votre conscience puis revenez au support que vous avez choisi une fois la distraction passée.

PENSÉES - ÉMOTIONS - SENTIMENTS
Vous allez être traversé par une foule de pensées, émotions et sentiments divers. Certains seront légers et brefs, d'autres plus lancinants et certains déclencherons de véritables tempêtes. Ne les alimentez pas, ne les suivez pas, ne lutter pas non plus. Observez leur naissance, les effets qu'ils sont sur vous et leur disparition.

LE PHENOMENE EST SINUSOÏDAL
C'est au cycle que vous devez prêter attention. La distraction apparaît, remplit un moment la totalité de la conscience, puis si on maintient un regard soutenue sur elle, finie par se dissoudre. Comme le soleil, elle sort de la nuit de la conscience monte, atteint un pic, redescend puis disparaît. Il est important de tenir bon jusqu'au pic, car ensuite c'est au moment où vous allez lâcher que quelque chose se passe. Lorsque la tension [l'attention] atteint son paroxysme, que le mental se dissout, abandonne sa lutte laissant la lumière se dévoiler juste après le point culminant. Avec l'entraînement, petit à petit les vagues se feront plus petites pour finir en vaguelettes de plus en plus espacées laissant goûter au calme si apaisant.