LA DIFFUSION

Un nouveau regard sur la thérapie...

Cet article est inspiré des fondamentaux proposés par
Christophe ALLAIN et Jean-Pierre MARTINEZ

PETITE HISTOIRE

Il était une fois un voyageur petit et tordu qui avait découvert gravé dans un rocher un grand secret de vie. Il ne savait pas ce qu'il pourrait bien en faire, mais il vit bien que c'était important, aussi craignant pour sa vie il décida de n'en parler à personne. Les années passèrent et il finit par mourir emportant avec lui son secret.
Le temps passa et il fut longtemps avant qu'un autre voyageur petit et tordu passa devant le rocher. C'était un chercheur avec l'intention de trouver et partager tout ce qui pourrait faire évoluer son espèce. Il trouva le texte lui aussi et sans forcément bien comprendre la nature de sa découverte il se dit que cette information pourra bien être utile à quelqu'un. Il décida alors d'enrichir son peuple en partageant son trésor.

TOUT LE MONDE A RAISON

Sans la particularité physique du voyageur, le trésor serait demeuré caché. De la même façon chacun de nous à un point de vue spécial sur le monde qui l'entoure et de là, accède à des informations spécifiques. Malgré que notre réalité semble commune entre nous il suffit d'échanger quelques mots pour se rendre compte que rapidement les points de vue divergent. Il ne s'agit pas de savoir qui a tort ou raison, car à ce niveau tout est relatif. Le but ne serait donc pas de prendre position en cherchant à enfermer la réalité sous un seul regard, mais à enrichir notre propre vision en intégrant celle des autres pour appréhender notre partie extérieure : le monde.
La fonction première du mental sert à traduire "mon monde" dans "ma réalité". Le langage est un ensemble de conventions pour confronter cette réalité perçue intrinsèquement avec les autres. Sans l'autre pour éclairer le monde de sa vérité, que serait ma propre réalité ?

 

JE l'AIME PARCE QU'IL/ELLE EST BEAU/BELLE
OU
IL/ELLE EST BEAU/BELLE PARCE QUE JE L'AIME

 

POINT DE VUE RELATIF OU ABSOLUE
Quelle était la vérité de l'autre au moment où il l'a créée

D'un point de vue relatif il peut y avoir plusieurs niveaux de regard tout à fait juste selon comment on se place.
Si une personne fait remarquer à une autre la tâche sur sa chemise, qui a le problème ? Celui qui a la tâche, ou l'autre qui la remarqué ?

- C'est celui qui a la tâche bien sûr. L'autre l'a vu, il est même sympa de l'avoir dit.
- Qu'elle importance une tâche sur une chemise, il y a des choses bien plus importante, c'est donc celui qui l'a dit qui est gêné avec ça.
- Et si c'était les deux en fait. Certes il y en a bien un avec la chemise marquée, mais celui qui l'a vue a pris la peine de lui dire car cela le dérange peut-être profondément. Il n'aimerait pas être à sa place… Pourquoi ? Parce qu'une peur motive son action : je n'aimerai pas que les autres voient que j'ai une tâche, ils vont penser que je suis un cochon, que je ne suis pas bien élevé, ils pourraient se moquer de moi ou pire ne plus m'inviter, je me retrouverai avec une mauvaise réputation et plus personne ne m'invitera, je serais exclu du groupe, je me sentirai alors abandonné. Et si je suis abandonné je n'aurai plus de ressources et je vais mourir...
- Oui il y une tâche, mais avez-vous vu comme tout le reste est propre ?

Vous voyez comme il est possible dans ces approches d'imaginer quantité d'hypothèses. En revanche si l'on se place d'un point de vue absolu, il y a eu juste un échange entre deux personnes. L'une a communiqué un point de vue différent à l'autre car l'autre à son niveau n'était pas en capacité de voir sous cet angle.

 

D'OÙ VIENNENT LES BLOCAGES (CRISTALISATIONS)

Si une chose nous traverse il n'y a pas forcément de réaction. En revanche, si elle nous fait réagir c'est qu'elle a heurté une partie de nous plus consistante. Il nous appartient de porter attention à la constitution de ce qui a été bousculé pour trouver une cristallisation. En gros tout ce que je remarque et parvient à ma conscience dans chaque instant qui s'écoule répond à un mouvement intérieur qui veut ralentir ou bloquer. Si certaine réactions sont légères et presque indécelables, d'autres déclenchent de véritables tempêtes mentales, émotionnelles ou physiques. L'attitude normale consiste par laisser aller les mouvements intérieurs vers un amortissement spontané et naturel. Par la suite si cela n'est pas fait on va trouver des points de cristallisation prisonniers dans nos corps. Ces éléments captifs mis en attente peuvent être libéré à condition qu'une intention de lecture de "l'information stockée" soit émise. Alors ils sont remis en circulation.

PRINCIPE DE LA DIFFUSION

Diffuser ce qui est bloqué, figé. Libérer ce qui est prisonnier, lâcher ce qui est attrapé. Ne pas retenir mais faire passer, remettre en circulation ce qui ne circule plus. Accéder à une information en attente et la partager, dissoudre ce qui s'est cristallisé. Mettre à jour "l'encyclopédie" générale, synchroniser le réseau en mettant à disposition l'information, l'expérience de vie.

INTERET DE LA DIFFUSION
Evoluer ensemble grâce à nos regards mutuels...

UN PROCÉDÉ NATUREL

"Rien ne se perd, rien ne se créé tout se transforme" disait Antoine LAVOISIER dans sa loi de conservation de la matière. Notre monde est basé sur la circulation des énergies, des flux, des informations. Lorsqu'il n'y a plus de circulation, l'information se fige. C'est ce que nous nommerons un point de cristallisation. Ce n'est pas forcément une douleur ni un problème, c'est juste un instantané en attente. Une information de vie devant être récupérée, intégrée. Si le fait de tenir cette information est naturel dans le monde minéral, il ne l'es plus du tout dans les mondes végétal, animal et humain, et consomme leur énergie. En plus de créer une tension sur le point, certaines zones deviennent isolées, ne sont plus alimentées et des dysfonctionnements peuvent apparaître : tensions, douleurs, affaiblissement, nécroses, maladies, dégénérescence, arrêt des systèmes, mort…

IMPERMANENCE

Tout évolue tout le temps, si une chose est vrai à l'instant "T", la fraction de seconde suivante ça ne l'est plus, il y a eu une variation, ne serait-ce qu'infime. L'action adaptée devrait logiquement avoir également évolué. Il faut laisser circuler ce qui nous traverse. Dès que l'on attrape une pensée, une émotion, une sensation, il faut la regarder avec attention mais ne pas la retenir, il faut aussitôt lâcher prise. Ainsi nous demeurons prêts à accueillir l'instant présent qui se déroule indéfiniment. C'est pourquoi la Diffusion elle-même ne peut-être figé dans une recette toute faite. Ressentez-la, vivez-la, adaptez votre pratique à chaque fois.

LA DIFFUSION DOIT ETRE DIFFUSEE

Ce qui est pris à un prix. Par principe il est important de ne pas s'approprier cet outil, c'est-à-dire en faire une technique figée et formalisée, mais la faire circuler. Il ne doit pas y avoir de copyright, il ne doit pas devenir une recette déposée ou une propriété privée. Pour que cela fonctionne il doit être transmis le plus largement possible, chacun pouvant le faire à sa manière. Le plus grand nombre doit pouvoir en faire usage.

HOMEOSTASIE

L'idée est de considérer l'autre comme une extension de soi-même. Comme un membre faisant partie de nous, comme une autre cellule d'un vaste organisme dont nous faisons partie. Sous cet angle je ne soigne pas l'autre, mais j'agis en fait sur une partie de moi.
Nous chercherons à améliorer le système dont on fait partie et dont l'autre, après tout, n'est qu'une autre émanation. Je ne lui suis pas supérieur parce que je vois ce qui ne va pas, je lui permets juste d'atteindre à travers moi la possibilité d'examiner la situation sous un angle distinct. Une coévolution basée sur le partage de nos deux regards, nos deux expériences, nos deux approches. Dans cette dynamique, je suis renseigné autant que je renseigne, je me nourris autant que je nourris. Là réside le secret du respect des équilibres et l'établissement d'un canal efficace.

BASES DE FONCTIONNEMENT

1 - L'EFFET MIROIR

Si je prends conscience de quelque chose dans ma réalité, c'est que cela fait écho avec une partie de moi. Sinon cela ne m'apparaîtrait même pas et resterait dans l'ombre de mon tableau des perceptions. Autrement dit lorsqu'une corde intérieure se met à vibrer c'est qu'une vibration extérieure sur la même fréquence créée une résonnance. Si je prends conscience que l'autre à un problème je peux être sûr que j'ai quelque chose à apprendre à mon niveau sur ce point. Si je ne suis pas dans ce regard en miroir, si je pense qu'en résolvant un problème extérieur, je ne suis pas en fait en train de résoudre mon propre problème à un certain niveau, alors je suis dans le déni de mon propre dysfonctionnement. Pour me faire sortir de cet aveuglement, il y a des chances que la vie me resserve la situation jusqu'à ce que je la vois enfin. Et il y a fort à parier qu'avec la répétition s'ajoute un effet crescendo comme pour augmenter le niveau d'impact. Dans ce mode de fonctionnement (les autres ont ce problème mais pas moi) où les flux circulent à sens unique mes réserves vont finir par se tarir. Autrement dit, si je cherche à apporter une solution à l'autre, sans examiner à quel niveau cela est en train d'agir sur moi alors je vais me vider d'une partie de mon énergie.

2 - PAS D'INTENTION DE GUERIR
Hors des voies du magicien, du guerrier et du guérisseur

L'idée est de sortir de toutes notions de dualité. Exclut le poison et son antidote, point de bouclier ni d'épée, bannissez l'intention de soigner le mal. Il ne s'agit pas de chercher un problème, de dévoiler son histoire, mais trouver un Point d'Évolution avec le résumé de l'histoire, sa synthèse.

3 - UN AUTRE NIVEAU DE REGARD

L'action juste se fait avec l'intention au niveau du cœur, il faut s'ouvrir et créer un espace pour accueillir. Cela se passe à un autre niveau que l'intellect. En effet le mental n'est pas capable de traiter ces niveaux-là sans mettre la pagaille. A ce niveau de regard il y a une réelle capacité de transmutation et de création de ce qui doit être parfait dans l'instant.

4 - APPLICATION PRATIQUE

Je place l'intention de chercher un point d'évolution qui est cristallisé.

Lorsqu'il m'apparait (ou pas), je formule la demande, verbale ou silencieuse, à celui qui la détient si je peux le diffuser.

Si la réponse est oui ou perçue comme telle, on émet l'intention de prendre cette information pour la dissoudre en Soi. Comme l'on ferait avec trois grains de sel dans un verre d'eau.

CHAMPS D'APPLICATIONS
Tout ce qui peut contenir une information
qui va faire écho dans notre réalité...

C'est à dire, humains, animaux, végétaux, minéraux, lieux, concepts, égrégores, etc...

CONCLUSION

Si quelque chose bloque, on rencontre sur notre chemin de vie les expériences qui vont permettre de remettre en mouvement les éléments que nous avons cristallisés.

La Diffusion est une manière de confronter l'expérience récupérée au cœur le plus intime de ma propre expérience. C'est la pièce du puzzle qui manquait pour donner une vision d'ensemble. Imaginez le symbole infini, un circuit se met en connexion : l'information part du donneur, passe par le receveur qui va la colorer par son expérience et elle retourne au point de départ. Il y a toujours un effet miroir, c'est-à-dire que ce que je vois chez l'autre répond à une problématique chez moi. Le circuit reste en place jusqu'à ce que l'information soit complètement "téléchargée" et que les systèmes se soient mis à jour mutuellement. Essayer de sentir cet échange et comment les énergies bougent, se transforment. Essayer de sentir l'instant ou le mouvement se stabilise. Quand le flux s'arrête c'est que le travail est terminé.

Pendant le "travail" on se transforme en "écran" ou l'autre va pouvoir lire le message qui est "collé" sur elle.

Formuler la demande d'être diffusé = solliciter le regard de l'autre, demander de passer par son propre point de vue.